La métrologie française a réellement commencé à se structurer en 1969. Par décret du 25 janvier 2005, le pilotage de la métrologie française a été confié au LNE. C’est à cette occasion, que le LNE a été rebaptisé Laboratoire national de métrologie et d’essais.

Le LNE : pilote de la métrologie française

Organisation

Le laboratoire devient ainsi l’homologue des autres instituts nationaux de métrologie (PTB en Allemagne, NPL au Royaume-Uni, INRIM en Italie, NIST aux USA, NMIJ au Japon...) et représente la France dans les instances de la Convention du mètre (Comité international des poids et mesures - CIPM, Comités Consultatifs du CIPM...), les instances internationales et les instances européennes, telles que EURAMET.
Un Comité de la métrologie a été mis en place au sein du LNE. Cette instance, constituée de membres experts, nommés par arrêté, publié dans le Journal Officiel de la République Française, émet des recommandations sur les orientations scientifiques et stratégiques au Conseil d’Administration du LNE. Réunissant vingt quatre personnalités des milieux scientifique, industriel et des représentants des ministères concernés (industrie et recherche), le Comité veille à orienter les travaux dans les domaines jugés prioritaires et dans un contexte européen très présent, à renforcer la complémentarité des investissements, et à créer, lorsque cela est possible, des unités mixtes de chercheurs.
Le Comité de la Métrologie est secondé par plusieurs Comités Scientifiques et la Direction de la Recherche Scientifique et Technologique (DRST) du LNE. Les Comités Scientifiques, organisés par grandeur, sont donc au nombre de 6 (électricité-magnétisme, rayonnements ionisants, température-grandeurs thermiques-rayonnements optiques, temps-fréquence, longueur-mesures dimensionnelles-masse-grandeurs apparentées-, quantité de matière), chacune comprenant une quinzaine d’experts scientifiques représentant le domaine en question.
La DRST assiste le Comité de la Métrologie et les Comités Scientifiques dans la préparation des réunions, le suivi et les propositions des différents programmes et travaux à réaliser.

Les acteurs de la métrologie française depuis le 1er janvier 2005

De part son histoire, les études et recherches en métrologie scientifique et industrielle sont réalisées par plusieurs laboratoires de différents organismes publics ou privés. La métrologie française est donc un réseau de chercheurs (Réseau National de la Métrologie Française), regroupant : les laboratoires nationaux de métrologie (LNM), principaux laboratoires français de métrologie, et les laboratoires associés au LNE (LA) pour des domaines ciblés et dont les compétences sont complémentaires de celles des LNM.
L’ensemble des activités scientifiques (tous laboratoires confondus, LNM et LA) compte près de 220 chercheurs en métrologie. Tous les laboratoires, cités ci-après, ont leurs missions définies par le Comité de la Métrologie et sont déclarés dans le cadre du CIPM MRA (Mutual Recognition Arrangement) édité par le CIPM (Comité international des poids et mesures)

Les Laboratoires Nationaux de Métrologie (LNM)

  • Le Laboratoire commun de métrologie, rassemblant des chercheurs du LNE et du Conservatoire National des Arts et Métiers. Le LNE-LCM/LNE & CNAM, intervient pour les domaines en métrologie des : longueurs, rayonnements optiques, température et grandeurs thermiques, masse et les grandeurs apparentées (pression, force, couple, acoustique, accélérométrie, viscosité.
  • La Direction de la Métrologie Scientifique et Industrielle du Laboratoire national de métrologie et d’essais. Le LNE, est en charge des domaines tels que l’électricité - magnétisme, la métrologie chimique et les mathématiques et statistiques, en sus des activités propres au LCM.
  • Le Laboratoire National Henri Becquerel au Commissariat à l’Energie Atomique, le LNE-LNHB/CEA, est chargé de la réalisation des références dans le domaine des rayonnements ionisants, i.e. la dosimétrie et la radioactivité.
  • Le laboratoire des Systèmes de Référence Temps-Espace à l'Observatoire de Paris. Le LNE-SYRTE/OP, est chargé de la réalisation des références dans le domaine du temps et des fréquences.

Les laboratoires associés au LNE (LA)

  • L’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers de Paris, le LNE-ENSAM, pour la pression dynamique.
  • L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, le LNE-IRSN, pour la dosimétrie des neutrons.
  • Le Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques, le LNE-CETIAT, pour l’hygrométrie, la débitmétrie liquide -eau et l’anémométrie.
  • Le Laboratoire Temps Fréquence de Besançon, le LNE-LTFB, dans le domaine du temps-Fréquences, et plus particulièrement pour les mesures de densité spectrale de phase et les stabilités de temps et de fréquences.
  • Le Laboratoire Associé de Débitmétrie Gazeuse, le LNE-LADG, pour la débitmétrie gazeuse.
  • Le laboratoire de la Société Trapil, le LNE-TRAPIL, pour la débitmétrie des hydrocarbures liquides

Laboratoires nationaux de métrologie

LNE-LCM / LNE & CNAM

Laboratoire Commun de Métrologie

L'activité métrologique du LCM s'articule autour de quatre domaines correspondant à quatre unités de base du Système International d'unités (SI), le kilogramme, le mètre, la candela et le kelvin, et consiste en :

  • la conservation et l’étude de la stabilité du prototype national du kilogramme;
  • la réalisation et le transfert des multiples et sous-multiples du kilogramme ainsi que la plupart des grandeurs apparentées à la masse, telles que : pression, force, couple, viscosité, acoustique, accélérométrie, volume, masse volumique;
  • la réalisation et le transfert de l'unité de longueur par application de la mise en pratique de la définition du mètre ; la métrologie dimensionnelle (angle, cales, mesures 3D, nanométrologie…);
  • la matérialisation des unités de l'intensité lumineuse et des autres grandeurs photométriques et radiométriques, tant pour les aspects détecteurs que sources ou filtres;
  • le raccordement des utilisateurs aux références nationales pour la radiométrie et la photométrie, dans tout le domaine optique (UV, visible et IR), par la mise en place de bancs d'étalonnage de détecteurs, de sources (lampes ou lasers) ou de matériaux (réflexion, transmission, émissivité);
  • la réalisation des références nationales de température, c'est-à-dire la mise en place de l'Echelle Internationale de Température (EIT-90) et de l'Echelle Provisoire en Basse Température (EPBT-2000);
  • La mise en place des moyens de transfert des références nationales de température vers les utilisateurs et pour les grandeurs thermiques; mise en place des références et des bancs d'étalonnage correspondants.

LNE

Direction de la Métrologie Scientifique et Industrielle

En sus des activités du LCM (pour les domaines des températures, rayonnements optiques, dimensionnel, masse), l'activité métrologique du LNE comprend :

  • la réalisation, la conservation et l'amélioration des étalons nationaux et le transfert aux utilisateurs pour les grandeurs dans les domaines de l'électricité et du magnétisme (du continu, basse fréquence, haute fréquence et micro-onde, haute tension);
  • développer des méthodes et des instrumentations de plus haut niveau métrologique pour l'électrochimie et l'analyse en chimie organique, inorganique et des gaz, et assurer le transfert vers les utilisateurs;
  • développer des outils pour la métrologie en mathématiques et statistiques.

LNE-LNHB / CEA

Laboratoire National Henri Becquerel

Le LNE-LNHB est, parmi les laboratoires nationaux de métrologie, celui qui est chargé du domaine des rayonnements ionisants. Il assure la définition, la conservation et l'amélioration des étalons nationaux pour les domaines de la radioactivité et de la dosimétrie. Il est aussi en charge du transfert de ces références nationales vers les utilisateurs (industrie, environnement, santé, ...).

LNE-SYRTE / OP

SYstèmes de Références Temps-Espace

Le LNE-SYRTE est, parmi les laboratoires nationaux de métrologie, celui-ci qui est chargé d'assurer la réalisation et l'amélioration des étalons nationaux et étalons secondaires pour les grandeurs dans le domaine du temps et des fréquences, ainsi que la diffusion des références nationales de temps et de fréquences.

Laboratoires associés

LNE-CETIAT

Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques

Le LNE-CETIAT met en œuvre les références nationales en hygrométrie, en anémométrie et en débitmétrie liquide (pour l’eau) et développe des moyens de transfert de ces références vers l’industrie.

LNE-ENSAM

Ecole National Supérieure d’Arts et Métiers - Paris

Le laboratoire de Métrologie Dynamique, le LNE-ENSAM est en charge de la mise en place et l’amélioration des références nationales en pression dynamique et du développement des moyens de transfert des références vers l'industrie.

LNE-IRSN

Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

Le LNE-IRSN est en charge des références nationales pour le domaine de la dosimétrie des neutrons. Il intervient en support et complément du LNE-LNHB dans ce domaine, en aval de la référence nationale constituée qu’est le bain de Mn.

LNE-LADG

Laboratoire Associé de Débitmétrie Gazeuse

Le LNE-LADG constitue la partie R&D de la société CESAME-EXADEBIT basée à Poitiers.
A ce titre, il met en oeuvre et développe les références nationales pour les débits de gaz industriels (0,1 - 80 000 m3h-1) haute et basse pression et du développement des moyens de transfert des références vers l'industrie.

LNE-LTFB

Laboratoire Temps Fréquence de Besançon

En 2008, les deux laboratoires accrédités Bisontins qui étaient associés au LNE, le LNE-FEMTO-ST (Franche-Comté Electronique, Mécanique, Thermique et Optique-Sciences et technologies) et le LNE-OB (Observatoire de Besançon), ont fusionné pour former le LNE-LTFB (Laboratoire Temps Fréquence de Besançon).
Le LNE-LTFB regroupe les activités d'étalonnage accréditées par le COFRAC en complément des activités du LNE-SYRTE : fréquence, intervalle de temps, stabilité de fréquence court terme (temps d'intégration de 0,1 s à 100 s) et long terme (temps d'intégration supérieur à 1 heure) et mesure de bruit de phase. Il assure également un service de diffusion des références nationales de fréquence par liaison GPS (la portée détaillée est consultable sur le site du COFRAC : cofrac.fr).

LNE-TRAPIL

Société Trapil

Le laboratoire de métrologie associé au LNE met en œuvre les références nationales en débitmétrie liquide - autre que l’eau -, essentiellement les hydrocarbures liquides, et développe des moyens de transfert de ces références vers l’industrie.

Partenaires

AFNOR

 

Image
Logo afnor

AFNOR est un groupe international de services. Il conçoit et déploie des solutions fondées sur les normes volontaires, partout dans le monde.

En tant qu’organisme national de normalisation, AFNOR assure la représentativité et la défense des intérêts des acteurs socio-économiques français. C’est la porte d’entrée du jeu d’influence qui permet, à l’échelle nationale, européenne et internationale, de définir les règles qui permettent de gagner du temps et structurent les marchés. De l’étude de nouveaux sujets jusqu’à la publication des normes et leur mise à jour, AFNOR est présent sur tous les plans et aide à identifier des opportunités de développement pour les entreprises et les collectivités territoriales.

En tant que fournisseur de solutions de veille professionnelle, de formation, de mesure, de certification et d’évaluation, le groupe évolue également dans le domaine concurrentiel. Les entreprises et les collectivités peuvent s’appuyer sur le groupe AFNOR pour s’informer, maîtriser leur environnement, se renforcer, se démarquer et se comparer. 74000 clients, dont 11000 à l’international, lui font déjà confiance. 75% sont des PME et TPE.

Le LNE est partenaire du groupe AFNOR essentiellement à deux titres. Le premier concerne la normalisation. Les experts du LNE et des laboratoires du RNMF participent à des commissions de normalisation et des groupes de travail pour l'élaboration et la formalisation de projets normatifs (national ou international) avant diffusion et homologation. Le deuxième est la certification, puisque le LNE est mandaté pour délivrer certaines applications de la marque NF.

COFRAC

Image
Logo cofrac

Le COFRAC (Comité Français pour l'Accréditation) a été créé en 1994 en association régie par la loi de 1901 à but non lucratif, et a regroupé à cette date les activités du BNM-FRETAC (Bureau national de métrologie - France Etalonnage Accréditation) et du RNE (Réseau National d'Essais).

L'objectif est de permettre aux laboratoires et organismes que le COFRAC accrédite, d'apporter la preuve de leur compétence, ceci afin de pouvoir offrir aux entreprises, aux consommateurs et aux pouvoirs publics, une garantie de confiance dans les prestations effectuées par les laboratoires et organismes accrédités.

Pour cela le COFRAC s'est organisé par secteurs d'activité :

 

  • laboratoires (pour les essais et les étalonnages) ;
    Image
    Pyramide RNMF
  • inspection ;
  • certification (entreprises et personnels, produits industriels et services, produits agricoles et alimentaires).

Le processus d'accréditation doit être un processus rigoureux soutenu par des expertises. Dans le cadre de l'accréditation de laboratoires d'étalonnage et du soutien aux chaînes nationales d'étalonnage, le LNE et des laboratoires du RNMF participent au processus d'accréditation et à la fiabilité de l'accréditation de plusieurs manières :

  • participation de nombreux experts du LNE et des laboratoires du RNMF aux audits de laboratoires ;
  • participation de nombreux experts du LNE et des laboratoires du RNMF aux Commissions Techniques d’Accréditation ;
  • réalisation de comparaisons nationales inter-laboratoires : organisation et mise en œuvre des comparaisons nationales inter-laboratoires par les Laboratoires Nationaux de Métrologie (LNM) et Laboratoires Associés (LA), pilotages de ces comparaisons ;
    Ces comparaisons permettent de corroborer et de valider les incertitudes de mesure demandées par les laboratoires lors de l'accréditation ;
  • organisation de journées techniques.

Pour faciliter les échanges commerciaux et permettre la reconnaissance de la qualité des produits à l'étranger, des accords de reconnaissances ont été mis en oeuvre. A ce titre, le COFRAC est signataire de l'accord multilatéral européen dans le cadre d'EA (European Co-operation for Accreditation) de reconnaissance mutuelle pour les essais, les étalonnages et la certification. Le COFRAC est aussi signataire d'accords internationaux équivalents pour les essais et les étalonnages dans le cadre d'ILAC (International Laboratory Accreditation Co-operation) et pour la certification de systèmes qualité dans le cadre d'IAF (International Accreditation Forum).

Collège Français de Métrologie

Image
Logo Collège Français de métrologie

 

Le Collège Français de Métrologie (CFM) a été créé en mai 2002, en tant qu’association régie par la loi de 1901 : il a pris le relais du Collège de métrologie. Il a pour objet de promouvoir la métrologie industrielle et mener des actions collectives dans ce sens :

  • Identifier les besoins des entreprises et organismes à satisfaire en matière de métrologie ;
  • Diffuser la culture et les connaissances métrologiques dans le tissu industriel, scientifique et économique ;
  • Etre le forum d'échanges entre les personnes concernées par la métrologie ;
  • Contribuer à la cohérence des actions collectives nationales et régionales dans ce domaine ;
  • Réaliser toute action susceptible de contribuer au développement et à la promotion de la métrologie.

Le LNE est un membre de droit du Conseil d'administration du Collège Français de Métrologie. Il apporte au Collège ses compétences scientifiques et techniques en matière de métrologie et assure la liaison avec les Laboratoires nationaux de métrologie étrangers.

Membre du comité d'organisation et du Comité scientifique et technique de la plupart des congrès de métrologie organisés par le Collège, le LNE apporte un soutien important tant pour l'organisation que pour les diverses communications.