119 projets
Traçabilité des mesures de dosage du mercure et développement d’un couplage innovant pour la détection du mercure et de ses espèces par HR-ICP-MS

Le mercure sous ses nombreuses formes chimiques est très toxique pour l'homme, les animaux et l'environnement avec une variabilité significative dans la chaîne trophique : des teneurs de quelques µg/kg peuvent se retrouver dans des matrices biotes alors que dans des échantillons d’eau les teneurs peuvent descendre à quelques ng/kg.

Réalisation d'une échelle de pH unifiée

Le pH des solutions est probablement le concept chimique le plus largement utilisé en dehors du domaine de la chimie. La mesure et la surveillance précises des valeurs de pH sont une tâche extrêmement importante dans une grande variété de technologies et donc dans des milieux très divers. A ce jour, il est impossible de comparer les valeurs de pH de solutions réalisées dans différents solvants. Le concept théorique d'une échelle pHabs unifiée sur une base métrologique doit être développé pour être utilisable dans la pratique, grâce à des procédures de mesure et d'étalonnage.

Métrologie et innovation pour un diagnostic précoce et une stratification juste des patients atteints de maladies neurodégénératives

Les maladies neurodégénératives (MND) constituent un défi majeur pour la société en matière de santé, avec chaque année plus de 9,9 millions de nouveaux cas de démence identifiés dans le monde. Un diagnostic plus précis et plus précoce permettrait un traitement plus efficace et améliorerait la prévision de la progression de la maladie.

Fournir l'infrastructure de mesure pour des diagnostics quantitatifs pour les biomarqueurs des maladies coronariennes

En Europe, les maladies cardiovasculaires constituent un défi majeur pour la santé : elles représentent environ 11 millions de nouveaux cas par an et contribuent à environ 1,8 million de décès. Les tests de laboratoire de certains biomarqueurs servent à orienter les traitements, mais la fiabilité est compromise par la variation des résultats entre les tests, pour un même marqueur de la maladie.

Développement d’un contrôle qualité des plans de traitements stéréotaxiques assurant une traçabilité métrologique basé sur l’utilisation de films radiochromiques

Les traitements par radiothérapie évoluent, d'une part, vers des tailles de champs d'irradiation de plus en plus petites pour se conformer au mieux au volume de la tumeur tout en sauvegardant les tissus sains environnants et, d'autre part, vers l’hypo-fractionnement. Ces techniques de traitement réalisées avec de nouvelles machines sont rassemblées sous le vocable de radiothérapie stéréotaxique. Ces techniques nécessitent des adaptations des contrôles qualité du point de vue métrologique.

Développement d’étalons de référence pour les polluants atmosphériques émergents (NH3)

La mesure de l'ammoniac (NH3) dans l'air ambiant est un sujet sensible et prioritaire en raison de ses effets nuisibles sur la santé humaine et sur les écosystèmes. Il a été estimé que les émissions d'ammoniac ont au moins doublé au cours du dernier siècle à travers l'Europe, ce qui s’explique essentiellement par le développement des pratiques d'élevage intensif et l'utilisation associée d'engrais à base d'azote.

Microfabrication de calorimètres métalliques magnétiques

Le LNE-LNHB est le laboratoire de métrologie pionnier quant à l’introduction de détecteurs cryogéniques pour la mesure de rayonnements ionisants émis par des radionucléides. Face, d’une part, à une compétition accrue entre les laboratoires de métrologie impliquant l’utilisation de détecteurs cryogéniques pour la métrologie des rayonnements ionisants, et d’autre part, à la difficulté pour le LNE-LNHB d’acquérir de nouvelles puces, le laboratoire a souhaité s’engager dans la production de ses propres détecteurs.

Mesure absolue d’activité et de données de désintégration à l’aide de calorimètres métalliques magnétiques

Ce projet porte sur l’utilisation des calorimètres métalliques magnétiques (MMC) pour la mesure absolue d’activité, pour la détermination de données nucléaires et atomiques, en particulier la spectrométrie bêta et des captures électroniques, et pour établir une nouvelle échelle d’énergie pour l’étalonnage de détecteurs par une mesure de précision encore inégalée des énergies de plusieurs raies X et gamma de quelques radionucléides bien sélectionnés.

Vérifications croisées de la décroissance radioactive des sources de référence (252-Cf et 241-Am/Be) et de la validité de l’étalonnage des scintillateurs de référence du LNE-IRSN

Le LNE-IRSN dispose de deux sources radioactives de référence (252Cf et 241Am-Be) dont le débit d’émission neutronique a été initialement déterminé par la méthode du bain de manganèse au LNE-LNHB. Ces sources constituent la référence primaire du LNE-IRSN en matière de débit de fluence et de grandeurs dosimétriques associées.